Avertir le modérateur

  • Web basse consommation?

    Avec le développement du  web, les applications clients serveurs foisonnent. Ces applications complexes posent des problèmes de performances, communications et consommation d'énergie.

    Les choix de développement seront guidés par les impacts en terme de durée, vitesse d'exécution et consommation d'énergie. En général, les applications les moins coûteuses en temps de traitement seront aussi les plus économes en énergie.

    Par ses choix, l'utilisateur évitera des traitements inutiles:

    • utiliser le terminal moins gourmant en énergie, tablette et smartphone consomment mions et sont souvent plus rapide qu'un ordinateur,
    • si le site a déjà été visité, saisir une partie du lien dans la barre pour éviter l'appel à google ou autres..
    • privilégier les sites à pages passives, wikipédia est l'exemple d'un site riche sans surcharges,
    • éviter voire boycotter les sites qui font appels à d'autres sites pubs + référencement, nous accédons à un site pour ses infos, pas pour enrichir  ses statistiques ou sa base de données.
    • fermer les fenêtres actives (sessions ouvertes même minimisées ou cachées, vidéos en boucle alors que personne ne les regarde)! C'est d'ailleurs également l'intérêt des sites de minimiser le trafic
    • un fond d'écran noir minimise la consommation,
    • Arrêter smartphone et ordinateur chaque jour pour couper toutes les sessions indésirables et refroidir le processeur, (et non pas le mettre en veille),
    • orienter le wifi d'une box vers nos stations plutôt que vers la chambre à coucher du voisin à l'aide de papier alu!

    Pour le développeur:

    Minimiser les traitements:

    • Optimiser le code pour minimiser les calculs.
    • Minimiser les applications à charger,
    • Stopper les tâches inutiles,
    • Réutiliser les données et librairies cachées,
    • supprimer tous les affichages non sollicités.
    • éviter les calculs coûteux et répétitifs dans les interfaces: ombrages, gradients, et autres bagatelles!
    • par exemple: data-corners=false évitera le calcul de l'arrondi des coins de bouton,
    • data-transition=none évite les recalculs d'écrans

    Minimiser les communications:

    • Minimiser la taille des données échangées,
    • Minimiser pages et scripts,
    • Limiter les cookies et autres add ons

    Actuellement, l'augmentation de débit est gagée par un surcroit de trafic publicitaire inutile!

    Le haut débit pour tous se traduit trop souvent par plus de pubs pour tous.

    Enrayons la course à l'échalotte: +2débit=+2pub ou bien +2débit pour +2pub!
    Back to basic like wikipédia!


     

  • Informations fractales?

    Le mathématicien Bernard Mandelbrot montre à l'aide de l'outil mathématique fractal que la longueur des côtes bretonne est infinie. Pour ce faire, il découpe ladite côte en une suite (infinie) d'intervalles infiniment petit qu'il additionne!

    Ce paradoxe est du même ordre que la flèche qui n'arrive jamais à destination car il lui reste toujours la moitié de la distance à parcourir, oh temps suspend ton vol!

    Cette observation s'applique également à l'information. En effet, le suivi permanent d'informations contraire est chronophage, alors qu'il vaut mieux connaitre le résultat final sans être informé de tous les aléas préliminaires!

  • #Mesure de la biodiversité!

    Le nombre d'espèces différentes par espace révèle sa biodiversité. Le ratio utilisé sera par exemple le nombre d'espèces à l'are. Dans un deuxième temps, on  distinguera: plantes, animaux, insectes, microorganismes.

    En zone de monoculture cette biodiversité est très faible voire proche de un, c'est à dire que seule l'espèce cultivée survit.

    L'objectif global est d'augmenter la biodiversité de toutes les zones terrestres.

    Pour les surfaces gazonnées très à la mode, la diminution du nombre de coupes et l'introduction de haies favoriseront l'augmentation de la biodiversité. La valorisation de la biodiversité favorisera le remplacement des gazons par des surfaces de haies et arbres en remplacement des gazons.

    Au delà de la mesure, une valorisation est possible, ainsi le nombre d'espèces et la population à  l'are augmenterait le prix d'un  terrain. Cette valeur serait déterminée par la cotation de l'espèce et sa population. La cotation serait tenue à jour par une structure du type WWF et évoluerait selon l'évolution de l'espèce concernée.

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu