Avertir le modérateur

  • Web basse consommation?

    Avec le développement du  web, les applications clients serveurs foisonnent. Ces applications complexes posent des problèmes de performances, communications et consommation d'énergie.

    Les applications les moins coûteuses en temps de traitement seront aussi les plus économes en énergie. Les choix de développement seront guidés par les impacts en terme de durée, vitesse d'exécution et consommation d'énergie.

    Les aspects: traitements, communications, stockage interviennent et interagissent. Performances et économies d'énergie sont souvent liées

    Les différents challenges sont:

    • Minimiser les traitements,
    • Minimiser la taille des données échangées,
    • Minimiser les applications à charger, stopper les applications,
    • Stopper les tâches inutiles,
    • Réutiliser les données et librairies cachées,

    Pour minimiser la taille des données:

    • minimiser pages et scripts,
    • diminuer cookies et autres add ons
    • supprimer tous les affichages non sollicités.

    Pour minimiser les calculs:

    • optimisations du code

    Pour l'utilisateur, certaines options évitent des traitements inutiles,

    • un fond d'écran noir minimise la consommation,
    • si le site a déjà été visité, saisir une partie du lien dans la barre pour éviter l'appel à google,
    • privilégier les sites des pages actives seulement au chargement, passives ensuite
    • fermer les fenêtres qui gardent des sessions ouvertes même minimisées ou cachées, des vidéos restent  actives des heures alors que personne ne les regarde! C'est d'ailleurs également l'intérêt des sites de minimiser le trafic
    •  Arrêter l'ordinateur chaque jour pour couper toutes les sessions indésirables et refroidir le processeur, (et non pas le mettre en veille).

    Pour le développeur:

    • éviter les calculs coûteux et répétitifs dans les interfaces: ombrages, gradients, et autres bagatelles!
    • par exemple: data-corners=false évitera le calcul de l'arrondi des coins de bouton,
    • data-transition=none évite les recalculs d'écrans

    Mettre trafic et traitements au régime diminue l'impact écologique du web!

    Souvent l'augmentation de débit donne lieu à un surcroit de trafic inutile!

  • EPR à Hinkley Point?

    L'investissement d'EDF sur un EPR britannique à Hinkley Point est une très mauvaise décision.
    Pour l'instant, aucun EPR ne fonctionne, Flamanville piétine.
    Après le brexit, les britanniques seront ravis de couler EDF par des exigences sécuritaires.
    Au lieu d'investir, EDF peut exporter par le tunnel notre trop plein d'électricité et maintenir les centrales françaises.
    Les clients français d'EDF n'ont pas à payer le nucléaire britannique. EDF  ferait mieux de se désendetter et baisser le prix de l'électricité en France.

  • Capitalisation boursière mondiale!

    La capitalisation boursière des principales places financières dans le monde en 2013 vaut environ 60 000G$ soit environ 10000$ par habitant du globe! Les Etats-Unis pèsent environ 25000$, soit presque la moitié.

    Le jour du Brexit, l'indice MSCI World a chuté de 5%, soit 2,3 milliards, sa valorisation avoisine donc 45 000 milliard $. Comme MSCI intègre les principales actions mondiales, sa valeur est moins élevée.

    Le montant cumulé des produits dérivés qui s'élève à 600 000G$ est encore plus inquiétant!

    Ces valeurs cumulées sont fictives, si tout le monde vendait en même temps cela ne vaut plus rien!

    Pour la richesse mondiale, seule devrait être prise en compte les dividendes. La même remarque vaut d'ailleurs pour l'immobilier!

     

  • Brexit à pile ou face?

    Le Brexit constitue une catastrophe pour les Britanniques, il amorce

    • la chute de la livre,
    • le déclin de la City,
    • la chute des investissements en Grande Bretagne.

    La Grande Bretagne aveuglée par ses succès vote le Brexit qui scie la branche du succès. Les Britanniques risquent un réveil difficile! Il est malheureux que 25% de la population britannique ait décidé de ce funeste destin! Pire même, la différence entre pour et contre fut de 1 million de voix. 1% de la population a donc décidé de l'avenir de la Grande Bretagne. Autant dire que l'avenir de la Grande Bretagne s'est joué à pile ou face, est ce vraiment démocratique? Des recours juridiques sont ils possibles?

    S'il se confirme, le Brexit nous avantage:

    • La gestion de l'euro revient sur le continent qu'il n'aurait jamais du quitter, des banques reviendront sur le continent,
    • Des sièges d'entreprises et des usines s'installeront sur le continent pour avoir une base en Europe.

    L'article 50.1 précise: Tout état membre peut décider conformément à ses règles constitutionnelles de se retirer de l'Union dans un délai de 2 ans après le dépôt de la demande.

    En attendant les brexiteurs participent aux réunions de l'UE, est ce bien normal?
     

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu