Avertir le modérateur

  • Futur du bitcoin?

    On entend souvent "blockchain c'est super..".  C'est vrai du point de vue service, mais il faudrait aussi répondre à ces questions bassement matérielles:

    • quelle est la complexité de l'algorithme?
    • quelle est la taille de stockage associée à une transaction?
    • quelle énergie est consommée par une transaction?
    • la chaîne reste t elle viable si le nombre d'utilisateur explose?
    • quel est le risque de décryptage et d'effondrement de la chaîne?
    • quel est le risque d'un panama chain? (publication de toutes les transactions)
    • ne vaudrait il pas mieux des chaînes en monnaie locale?

    Bref, je ne suis pas sûr que la chaîne soit viable à grande échelle.
    Pour ironiser, une pièce de monnaie concrétise une chaîne de transactions sans état. Ah, si la pièce se souvenait de toutes les transactions auxquelles elle a contribué!
    La monnaie physique requiert le contact humain, mais est ce gênant à l'heure des circuits courts?

    Je cherche la réponse à toutes ces questions!

  • Promesses de Juin?

    Le maintien du statu quo par la BCE et l'Opep sont actés début juin:

    • la BCE maintient ses taux bas et ses rachats d'obligations
    • la BCE Rachète jusqu'à 80 milliards d'obligations par mois jusqu'en mars 2017, y compris des obligations d'entreprises à partir de juin 2016,
    • l'Opep n'instaure pas de quotas, l'Irak et l'Iran reprennent place sur la marché pétrolier,

    Nous attendons d'autres nouvelles,

    • la FED maintiendra t elle ses taux?
    • les Britanniques sortiront ils de l'Europe?
    • les législatives espagnoles permettront elles de former un gouvernement?
  • Vive les taux négatifs!

    Beaucoup d'économistes s'émeuvent des taux négatifs. J'y vois différents avantages:

    • ils favorisent l'investissement productif,
    • ils représentent le coût du stockage de l'argent,
    • ils diminuent les dettes d'état.

    Les taux réels (taux d'inflation-taux d'emprunts) restent stables.

    En France ces taux négatifs cumulés à l'isf deviennent contreproductif, raison de plus pour supprimer l'isf!

    Pour moi, les taux d'intérêts négatifs sont logiques: l'argent non investit dans une entreprise doit perdre de la valeur! Ce mouvement marque la fin des rentes.

    Pour que ce mouvement perdure, souhaitons que la FED et la BCE maintiennent la politique des taux bas et n'augmentent que très faiblement les taux.

     

  • Perspectives économiques?

    • L'euro a baissé par rapport au dollar de 1.40 en 2014 à 1.10 fin 2015.
    • Le pétrole tombe sous 30 dollars le baril.
    • Les taux sont proches de zéro!

    En Europe, la conjonction de ces nouvelles améliore la confiance, dope la consommation, la croissance et l'emploi. Alors pourquoi les bourses rechutent elles? En fait, ces 3 bonnes nouvelles étaient anticipées dans les cours, le Cac40 a plusieurs fois frôlé ou dépassé 5000 points en 2015!

    En 2015, le pétrole moyennait à 60$ le baril. En janvier 2016, le même baril tourne autour de 30$ acculant certains producteurs de matières premières à vendre des actifs financiers pour boucler leurs budgets. Par exemple, la mise sur le marché d'Aramco par l'Arabie Saoudite pompera 300 milliards des capitalisations existantes.

    Par ailleurs, la FED a entamé une phase d'augmentation des taux. Espérons qu'ils ne dépasseront pas 1% à l'avenir, ce qui me semble une juste  rémunération du capital.

    Pour doper des exportations en perte de vitesse, la Chine dévalue progressivement le yuan.

    La politique monétaire de la BCE qui rachète 80 milliards € d'obligations par mois dope l'activité en Europe. L'euphorie financière reste de mise pour le moment! Que se passera t il en mars 2017 quand ces achats cesseront?

     

  • Chute du pétrole!

    Le prix du pétrole baisse pour diverses raisons:

    • développement de la production aux USA,
    • redémarrage de la production en Iran et en Irak,
    • économies d'énergie,
    • ralentissement de la croissance, croissance moins énergivore.

    Cette baisse met en difficulté les pays producteurs au coût de production supérieur au prix, surtout ceux dont les finances publiques sont basées sur le pétrole (Vénézuela, Brésil, Algérie, Nigéria..).

    Cette baisse de prix induit les chaînes:

    • faillites, ralentissement d'exploitation et d'investissement =>baisse de production => hausse de prix!
    • baisse de prix => hausse de consommation => hausse de prix!

    Le baril est repassé de 25$ à 50 $ entre janvier et juin, a hausse a t elle déjà commencé?

     

     

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu