Avertir le modérateur

Euro crise?

Les CDS (credit default swap) montrent la confiance envers les emprunteurs, ains les CDS grecs sont passés de 10% en janvier 2011 à 22% en juin de la même année!

Les taux des emprunts d'état  de la zone euro varient entre états selon le niveau de leur dette. Pour les taux à 10 ans, l'Allemagne paie autour de 2.7%, la Grèce paye 11.9%, l'Irlande 9.22, le Portugal 7%, l'Espagne 5.5, la France 3.2. Tous ces pays ont des déficits excessifs. Le moment est venu pour les  dépensiers de réduire leur train de vie. Ces taux montrant la défiance envers les états alors que des entreprises comme HP et Microsoft empruntent à 1%! Les multinationales sont elles plus solides que les états ou ceux ci peuvent ils entrainer des entreprises dans leurs chute?  Les USA empruntent à 2.8 et le Japon à 1.2%. Au Japon les prêteurs sont nippons! Ne faudrait il pas systématiquement augmenter la TVA d'un pays en cas de déficit excessif?

A l'abri de l'euro, certains états empruntent sans réduire leurs dépenses. A l'heure de la vérité, plus de dévaluation possible comme avant l'euro, ces pays sortiront ils temporairement de la zone euro ou se transformeront ils? Cette crise ne se résoudra pas en un tour de main, mais elle sera salutaire si elle fait prendre conscience à tous des réformes nécessaires! Chaque état membre doit réduire ses dépenses pour rembourser sa dette et cesser de compter sur une hypothétique croissance pour les rembourser. L'augmentation des taux pour un état fort endetté fait dérapper ses finances. La Grèce et l'Irlande sont sauvés par des prêts de partenaires de l'eurozone et du FMI. En contrepartie de ces prêts à 5% pour la Grèce et à 6% pour l'Irlande, ils s'engagent à une gestion plus rigoureuse. Une partie de cet argent remboursera la dette existante et évitera de nouveaux emprunts plus coûteux.

La Grèce réduitrait ses dépenses publiques en gelant les investissements dans la défense et en suspendant le recrutement de nouveaux militaires. Dommage que ce budget augment malgé l'adhésion de la Grèce à l'Europe. D'ailleurs, au delà de la Gréce, les budgets défenses des pays européens ne devraient ils pas être gelés?

Plutôt que d'attaquer l'Allemagne pour sa rigueur ou d'accuser les agences de notations qui ne sont que le baromètre de la situation économique, chaque pays doit réduire ses déficits. Le débat récurrent sur l'éventualité de la politique de rigueur est ubuesque! Voter des budgets en déficits devrait être interdit aux états, collectivités et organismes sociaux! Stop au souhait de l'Europe d'emprunter à son tour, quelle cavalerie que ces emprunts à tous les niveaux! En France, vivement que tous les acteurs contribuent à notre performance économique face à la concurrence internationale! Au lieu d'appauvrir nos entreprises avec des charges supplémentaires mal redistribuées, administrations, collectivités et organismes sociaux devraient se serrer la ceinture!

La Grèce bénéficie de l'aide du FMI et de l'Europe grâce à ses efforts, l'intervention du FMI clarifie la situation. Les problèmes de remboursement de la Grèce serviront ils de leçons aux autres états dépensiers? La surenchère des dépenses de l'état, des  collectivités et organismes sociaux cessera t elle?

La crise grecque favorise son rapprochement avec la Turquie qui lui vient en aide! Un ratio couramment utilisé est l'endettement de l'état par rapport au PIB. Pour la France, il s'élève à 77% en 2009, d'autres exemples sur le Monde. D'autres ratios montrent l'acuité du problème,

  • le ratio dette sur recettes, 1600/270 vaut 5.92,  6 ans de recettes rembourseront la dette, sans compter les intérêts et les autres dépenses!
  • le ratio emprunt sur dette est tout aussi dramatique, pour la France en 2009 150/419 soit 0.35,
  • pour 3 euros de dépenses, l'état emprunte 1 euros, cela ne peut pas durer!

La Grèce est elle atteinte du syndrome français? Une forte médiatisation transforme un malheureux fait divers en troubles nationaux! Certains partis politiques se précipitent pour récupérer le mouvement au lieu de le calmer!

La mauvaise passe de la Grèce favorise la baisse de l'euro retombé aux environs de 1.25 dollars à l'avantage des exportateurs de l'eurozone. Baissera t il encore? Certains parlent de parité! Cela n'a rien de dramatique, l'euro a fluctué de 0.83$ en novembre 2000 à 1.61$ en juillet 2008! Suite à cette baisse, les prix à la pompe et ceux des produits importés augmentent! Mais nous importerons moins pour le plus grand bénéfice de l'emploi en Europe!

Les gouverneurs de la BCE (Banque Centrale Européenne) se réunissent chaque premier jeudi du mois! L'objectif de base de la BCE est la stabilité des prix. La BCE maintient souvent ses taux pour de longs mois.  La BCE devrait aussi avoir des objectifs en terme d'emploi! Pendant deux ans, les taux de la BCE n'ont pas bougé. Face à la crise, ils sont passés de 4,5% à 1% en l'espace de 6 mois. Les taux des USA et le Japon sont encore plus bas que ceux de la BCE au risque de générer une nouvelle bulle!

Les conséquences de ces taux bas de la BCE sont:

  • une baisse des taux de crédits bancaires, dont ceux des crédits immobiliers,
  • des taux plus élevés que ceux du dollar renforcent l'euro au détriment de la production européenne et favorisent les importations,
  • l'euro fort développe l'importation de produits chinois pas chers et les délocalisations, pénalise notre industrie à long terme!

L'objectif de la BCE est de maintenir l'inflation entre 2% et 3%. Avec la chute de l'activité, l'inflation est faible! Une inflation aux alentours de 5% favoriserait le désendettement de nos états et dynamiserait l'économie! Dommage que la BCE n'ait pas un objectif de maintien de croissance comme la FED américaine. L'inflation revient à ses plus bas niveaux avec l'économie qui faiblit et les bas prix des produits importés!

 

Commentaires

  • Oui, nous tous, nous attendons la baisse des prix et des taux. Tout va voir a la fin de l'annee comme vous le dites.

  • A qui profite La dette publique ? En septembre 2007, François Fillon déclare la France en situation de faillite sur le plan financier sous le poids d’une dette avoisinant les 1200 milliards d’Euros. La dette sert alors d’argument pour préparer le terrain à un plan de rigueur économique visant principalement les fonctionnaires et les services publics jugés trop coûteux pour un budget fragile. Pourtant, quelques mois plus tard, l’Etat français débloque des dizaines de milliards d’euros pour (...)http://local.attac.org/paris13/IMG/doc_La_dette_publique_A5.doc

    J'y étais.

  • La baisse des taux : Impact direct sur les assurance vie . Une grande enquête réalisé par Mieux vivre votre argent, votre argent montre qu'il faut rester particulièrement prudent face à la communication des assureurs. lz marché devient de plus en plus difficile et pas seulement pour celui de l'emploi.

  • Salut à tous


    L'économie Mondiale est en sharpiLa BCE devrait maintenir la finance sous perfusion
    La Banque centrale européenne doit annoncer ses mesures de sortie de crise, un non-événement puisqu'elle devrait maintenir les mesures exceptionnelles mises en place pour endiguer la crise.
    Cela fait un an que cette mascarade dure. Les dettes prêt a exploser partout, Spéculation extême Grèce, ....

    Interview de Frédéric Lordon à écouter et à recommander vivement
    http://www.la-bas.org/article.php3?id_article=1871

    La finance a mis le monde en sharpi. les marchés boursiers ne répondent plus a leur role premiers. le marché doit donc être fermer.

  • Les conséquences de cette forte baisse des taux de la BCE sont:...

    Oui, mais vu que l'activité se dégrade plus vite que la baisse des taux, la paupérisation de la société gagne. je vois de plus en plus de chomeurs qui se regroupent dans la rue.

    Logement, voiture, alimentation...Selon l'INSEE, le budget des français a explosé en 50 ans. Alors que les dépenses contraintes sont de plus en plus pesantes.

    "une baisse des taux bancaires, dont ceux des crédits immobiliers" Le logement reste le premier poste dans le budget des ménages.( Augmenter de 10 points en 50 ans);face a la flambée du chomage, cela ne peut que continuer a chuter.

  • pour augmenter l'emploi, baissons les charges, l'euro, introduisons la tva sociale qui frappera aussi les produits importés!

  • On voit que cette politique de baisse des charges, de la volonté de faciliter les licenciements allants jusqu'à vouloir mettre en place le CPE, les politiques pour sauver un système déficient. Le résultat est plus que négatif.

    S'il n'y a pas de confiance des ménages - citoyens-consommateurs-travailleurs dans la politique pour leur redonner du pouvoir d'achet, d'éviter la hausse d'impôt, de favoriser la stabilité de l'emploi. Alors la société finira par s'écrouler de lui-même

  • A QUAND UNE GRANDE GREVE GENERAL? Ce que peuvent faire les syndicats. Se rassembler au lieu de discuter et de représentait leur électorat.

    Ils sont très concentrés chacun pour soi et il y a une guerre entre syndicat comme il existe une guerre entre police.
    Tant qu'il n'y aura pas un grand rassemblement et une véritable cohésion comme en mai 68, alors on pourra geindre, dire que le monde est dur...Rien ne changera. Car le patronat se regroupe en lobbying. A NOUS DE NOUS RASSEMBLER

  • D'ailleurs le problème pour les entreprises, ce n'est pas les charges, mais comment écouler le surplus de marchandise ( immobilier...) dans un marché atone et de pouvoir se développer alors que les entreprises ont coupé le crédit.

    On risque d'arriver a la même situation qu'en Grèce (voir la vidéo du monde mis sur mon blog).

    Les syndicats sont trop divisés et défendent que leur électorat. Il existe une guerre des syndicats comme ils existent une guerre des polices.
    Pour faire une grève générale, il faut qu'ils se fédèrent entre eux et qu'il se rapproche de la société civile.

  • On essaye de régler le chômage, comme les problème de l'écosystème, par des réponses technique (chômage baisse des taxes, réduction des charges..., écosystème : marché carbone, privatisation des sols...) alors que les problèmes sont plus grave et profond et demandent un changement en profondeur

  • comme un ménage, un pays ne doit pas dépenser plus qu'il ne gagne!
    C'est malheureusement notre cas!

  • C'est a ce demander surtout s'il y a un capitaine dans le bateau que l'on appel la finance.

    Le bateau ivre de la finance
    "Comme je descendais des Fleuves impassibles,
    Je ne me sentis plus guidé par les haleurs"...

    Mais ce fleuve continue de couler... et nous sommes dessus. Où mène-t-il ? Eh bien, c'est l'idée. Nous n'en sommes pas certain...
    Un titre du Wall Street Journal : "l'emploi des hommes adultes à un plancher record".

    Où est-ce que ça mène ? Nous n'en sommes pas sûr... mais nous ne pensons pas que ça mène à une "croissance" de l'économie américaine. Cela mène plutôt à la banqueroute, à la déflation... et peut-être à l'insurrection. Déplacer les erreurs commises par des citoyens / banques et provoquer par des financiers/ banques, pour les donner aux états

    Et qu'en est-il de l'économie chinoise ? Ne se développe-t-elle pas à tombeau ouvert -- à plus de 10% par an ? Le problème, avec les vitesses à tombeau ouvert, c'est qu'on finit effectivement au cimetière. La Chine devrait ralentir... ou elle va finir par avoir un accident. Sauf que si elle ralentit, le monde entier ralentit avec elle

    Le chemin s'annonce tortueux, avec des rechute, des ravins. Est il utile de continuer coute que coute sur ce chemin

Les commentaires sont fermés.

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu